14.09.2016 - 22.10.16 OLIVIER PÉ (BE) - ÉCOUTE, ÇA TREMBLE






































Nous avons le plaisir de vous présenter l'exposition "Écoute, ça tremble" de l'artiste belge Olivier Pé. Cinquième volet de notre cycle d'expositions individuelles Septième Ciel.

L'artiste française Julie Savoye occupera la Vitrine Jeune Artiste, visible jour et nuit.


Par ailleurs, nous sommes heureux de vous annoncer l'inauguration de notre Black Box, 

qui accueillera pendant la durée de ces expositions 4 films documentaires expérimentaux de Raymonde Carasco & Régis Hébraud.

Ces manifestations se tiendront du 14.09.2016 au 22.10.16 aux Brasseurs, rue du Pont, 26/28 à Liège.

Nous vous invitons cordialement au vernissage le samedi 10.09.16 à 18:00.



We have the pleasure to invite you to the exhibition "Écoute, ça tremble" by Belgian artist Olivier Pé, Fifth project of our monographic cycle Septième Ciel.

In the meanwhile, French artist Julie Savoye will exhibit in our Young Artist Glassbox.

Furthermore, we are happy to announce the opening of our Black Box, which will welcome, in addition to these exhibitions, 

4 experimental documentary films by Raymonde Carasco & Régis Hébraud. 

These events will occur at Les Brasseurs, rue du Pont, 26/28 in Liège from 14.09.2016 to 22.10.16.

You are cordially invited to the opening on Saturday 10.09.16 at 18:00.


Présentation de l'exposition

Olivier Pé est d’abord le peintre d’un univers viscéral où l’odeur capiteuse d'essences extraites au sein même de la chair se trouve empreinte de fulgurance, de transgression extatique. Une telle exaltation se confronte à l’usure et à la fin souvent brutale que portent en germe les expériences sensuelles érigées en pratiques de vie. Elle entre aussi nécessairement en mutation, l’artiste est alors amené à changer de direction par absolue nécessité. 

Au fil d’une évolution lente et progressive, une nouvelle voie a véritablement pu croître, s’enracinant cette fois moins dans la chair que dans sa relation au dehors. Dans la perspective, suivant un processus de décomposition, de nourrir à nouveau le vivant. L’écoute consciente et méthodique d’une respiration encore légèrement haletante, fébrile des émois de la veille, le lâcher prise, la justesse d’un geste moins appliqué, moins technicien et d’autant plus relié, définissaient peu à peu le langage d’une pratique nouvelle. 
De ses taillis et denses feuillages évoquant un être de chair et d’os plongé dans une atmosphère aqueuse, un organisme à l’image des désirs humains et dont les branchages, rameaux et mousses mimaient tant de zones érogènes, il reste aujourd’hui un ensemble de vibrations sensibles et fugitives. L’opulence qui caractérisait alors sa démarche a laissé place à une brise leste, presque imperceptible, qui circule parmi tout ce qui pousse et frémit pour se diriger vers la lumière.
Si le désir d’extase semble s’être définitivement éteint, c’est à bien y regarder toujours de désir et de pulsion vitale que traite Olivier Pé. Aux enivrantes Anarmoniesa succédé l’infime bruissement des pousses tendres, mais on sait l’intensité qu’elles contiennent en germe. Le caractère quasiment inaltérable d’un végétal qui ne se rebelle jamais, ne rage ni ne traque mais persiste toujours, fait du règne animal un événement infime, des réalisations humaines des choses insignifiantes. 
Si l’animal se dévoile ici sous la forme de vanités, c’est bien pour nourrir le végétal: les chairs se décomposent et intègrent l’humus pour ne laisser visible que les os. Quand la croisée des chemins se trouve si singulièrement jonchée de structures architectoniques, c’est afin que leurs arêtes se brisent et se démultiplient, deviennent courbes, nervures, tissus organiques. En ces liens complexes, indicibles, en ces ramifications s’organisent et s’équilibrent une vie d’apparence fragile et la conscience de sa nature tellurique.
C’est au cours de ces déambulations, qui prennent parfois l’apparence trompeuse d’errances, qu’Olivier Pé a repris son souffle. Et c’est à travers leurs traces que ce souffle, qui porte bien au-delà des ambitions de l’artiste, peut nous parvenir. 

Yannick Franck


Introduction to the exhibition

Olivier Pé is predominantly the painter of a realm where heady scents emanate from the core of the flesh - a visceral search for ecstatic transgression. 
When sensual experimentation has developed into a way of life, its own abrasive quality often brings it to a brutal end. Then, the artist is directed to take a new turn, a mutation that originates out of absolute necessity.
Over a slow and gradual evolution, such a path has truly been able to emerge in relation to the outside, rather than merely in the flesh. Another incarnation has grown, nourished by the necessary process of decomposition.
Still panting and inflamed from yesterday’s emotions, the artist has learned to observe a conscious and methodical attention to his own breath. He has focused on finding a balance, ultimately acquiring it through a released gesture, often favouring intuition over technique. With composure and utter dedication, he has come to define the language of his new practice.
The thickets and dense foliage depicted in some of his previous works evoked a being of flesh and blood. Immersed in an aqueous environment, the organism reflected erogenous zones, appearing as branches, twigs and moss. Today, this organism has transformed into an ensemble of sensitive and fugitive vibrations. The lavishness that characterised his body of work has now shifted into a subtle abstraction. A territory where the air caresses everything that grows and shudders towards the light.
While Pé’s yearning for ecstasy seems to have ceased, it appears that desire and vital pulsions are still at the core of his concerns. His mesmerising ‘Anarmonies’ are now succeeded by the tiny rustle of tender shoots - still we know the intensity of the potential they contain. Indeed, the vegetal realm never rebels, nor rages, nor hounds but always persists - reducing the animal kingdom and human achievements to futile, insignificant things.
If animals as well as humans are here always represented as lifeless, it is in order to feed the vegetal: the flesh decomposes and integrates the humus, leaving only the bones to be seen.
When a structure of an architectonic nature oddly befalls the path, its ridges break and multiply to become curves, ribs and organic tissue. In those complex, unutterable connections lies a life with a fragile appearance, inhabited by the consciousness of its tellurian nature.
It is during these excursions - which sometimes take the misleading aspect of mere wanderings - that Olivier Pé has found a new breath. And it is up to us to track his route, one which transcends his own ambitions.

Yannick Franck



24.05.16 - 18.06.16 SPACE INVADERS


Soirée de clôture de l’exposition / Apéro de fin d’année 
le 18.06.16 dès 18:00
avec Thee Supraimes (dj set)


*

Nous avons le plaisir de vous présenter l'exposition collective SPACE INVADERS, une invitation à la SPACE collection.

Nouvelles acquisitions: Sara Bachour (NL), Martin Belou (FR), Marine Dricot, Benoît Félix, Laurent Impeduglia, Romina Remmo. 
Charlotte Beaudry, Olivier Bovy, Michael Dans, Alain Declercq (FR), Jean-Marie Gheerardijn, Marie Rosen.

Benoît Paes (BE) occupera la Vitrine Jeune Artiste avec sa pièce Close Encounters.

VERNISSAGE
21.05.16 à 18:00
précédé de performances de Cédric Dambrain (BE) et Alain Wergifosse (BE) au Point Culture de Liège. 16:00 plus d'informations

le 24.05 à 18:00
conférence de Kevin Muhlen, directeur du Casino Luxembourg



EN

We have the great pleasure to invite you to the collective exhibition SPACE INVADERS, an invitation to the SPACE collection.

New acquisitions: Sara Bachour (NL), Martin Belou (FR), Marine Dricot, Benoît Félix, Laurent Impeduglia, Romina Remmo. 
Charlotte Beaudry, Olivier Bovy, Michael Dans, Alain Declercq (FR), Jean-Marie Gheerardijn, Marie Rosen.

In the meanwhile, Benoît Paes (BE) will invest our Young Artist Glasbox with his intervention Close Encounters.

OPENING
21.05.16 - 18:00
preceded by performances by Lucille Calmel (FR-BE) and Cédric Dambrain (BE) at Point Culture, Liège. 16:00 more informations

24.05 - 18:00
Lecture by Kevin Muhlen, director of the Casino Luxembourg

FINISSAGE
18.06.16 - 20:00
with Thee Supraimes - dj set




31.03.16 - 09.04.16 Workshop Outside [ÉCUME - SCUM]


Drapeau : Grégoire Faupin


(English version below)

Les Brasseurs ont l'honneur de vous inviter à assister à la 1ère session du workshop interdisciplinaire Outside [ÉCUME-SCUM] que nous organisons du 31 mars au 9 avril 2016.

12 étudiants en masters dans 4 écoles supérieures d'arts visuels* partenaires du projet seront en contact quotidien avec artistes, curateurs et protagonistes du milieu artistique durant 10 jours intensifs dans le lieu-même des Brasseurs.

Une manifestation-exposition clôturera la session le samedi 9 avril présentant processus et réalisations de ces étudiants dans un contexte de travail exceptionnel.

Le workshop sera ouvert au public, tous les jours de 10h à 18h. 
Chaque intervenant y présentera son parcours et champ de réalisation (à partir de 10h30) avant d’intégrer les échanges individuels dans le travail de chaque étudiant.


*ENSAD (École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Paris),
ÉSAVL (Académie Royale des Beaux-Arts, Liège),
LUCA (Sint-Lucas Beeldende Kunsten, Gand),
MAFAD (Maastricht Academie of Fine Arts and Design)

Communiqué de presse téléchargeable ici.

- Retrouvez et partagez l’événement sur facebook -

AGENDA

31.03 
Arrivée des étudiants
12:00-18:00

01.04 
Pierre Berthet (BE) 
19:00 Performance

02.04 
Agnès Geoffray (FR) + Jolien Naeyaert* (BE)
10:00-18:00
Lee Fraser (UK) + Yann Leguay (FR) + Jim Ghedi (UK) 
20:00 Concert

03.04 
Grégoire Motte - Thibaut Espiau - Istvan Ist Huzjan 
(Le Coffre-Fort) (FR-SL) + Jolien Naeyaert (BE)
10:00-18:00

04.04 
Patrick Guns (BE)
10:00-18:00

05.04 
Frédéric Danos (FR) + Laura Van (BE)
10:00-18:00
Suiker zuiker (BE) (J. De Winter - O. Chaltain - T. Dardenne) 
19:00 Performance

06.04 
Philippe Van Cauteren (BE)
10:00-18:00

07.04 
Jacques Halbert (FR) + Les Equarrisseurs (FR)
10:00-18:00

08.04 
Bruno Robbe (BE)
10:00-18:00

09.04 
Manifestation - Exposition des étudiants 
12:00-22:00


*Notre Vitrine Jeune Artiste sera occupée par Jolien Naeyaert (BE) 
du 31 mars au 7 mai. 

Projet soutenu par l'Échevinat de l'instruction publique de la ville 
de Liège.





---

Les Brasseurs have the pleasure to invite you to attend their first interdisciplinary workshop : Outside [Écume-Scum]. It will take place from March 31st to April 9th 2016.

12 master students from 4 partner visual arts superior schools* will have the opportunity to meet up, attend lectures and receive personal advice and assistance from several guest artists, curators and art professionals all along the ten days they will spend in our facilities.

An event/exhibition will end the session on Saturday April 9th and will introduce the public to the students' creative processes in such an exceptional work context. 

The workshop will be opened to the public each day from 10 AM to 6 PM. From 10:30 AM on, each guest lecturer will introduce her/his work, medium and context. After their presentation, they provide individual advise to each student regarding their work.

*ENSAD (École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs, Paris),
ÉSAVL (Académie Royale des Beaux-Arts, Liège),
LUCA (Sint-Lucas Beeldende Kunsten, Gand),
MAFAD (Maastricht Academie of Fine Arts and Design)
SCHEDULE

31.03 
Students arrival
12:00-18:00

01.04 
Pierre Berthet (BE) 
19:00 Performance

02.04 
Agnès Geoffray (FR) + Jolien Naeyaert* (BE)
10:00-18:00
Lee Fraser (UK) + Yann Leguay (FR) + Jim Ghedi (UK) 
20:00 Concert

03.04 
Grégoire Motte - Thibaut Espiau - Istvan Ist Huzjan 
(Le Coffre-Fort) (FR-SL) + Jolien Naeyaert (BE)
10:00-18:00

04.04 
Patrick Guns (BE)
10:00-18:00

05.04 
Frédéric Danos (FR) + Laura Van (BE)
10:00-18:00
Suiker zuiker (BE) (J. De Winter - O. Chaltain - T. Dardenne) 
19:00 Performance

06.04 
Philippe Van Cauteren (BE)
10:00-18:00

07.04 
Jacques Halbert (FR) + Les Equarrisseurs (FR)
10:00-18:00

08.04 
Bruno Robbe (BE)
10:00-18:00

09.04 
Students' Event/Exhibition
12:00-22:00


*Our Young Artist Glassbox will be occupied by Jolien Naeyaert (BE) from March 31st to May 7th.

Supported by the Échevinat de l'instruction publique de la ville de Liège.













ANNULATION CAPITAINE LONCHAMPS (BE) - L'ENFANT DE CHINON


Pour des raisons indépendantes de notre volonté, nous avons le regret de vous annoncer l'annulation de l'exposition "L'enfant de Chinon" de l'artiste belge Capitaine Lonchamps.* Quatrième volet de notre cycle d'expositions individuelles Septième Ciel.

L'exposition de l'artiste argentin Pablo Méndez occupe cependant la Vitrine Jeune Artiste.**

L'équipe des Brasseurs





L'exposition se tiendra du 10.02.2016 au 26.03.16 aux Brasseurs, rue du Pont, 26/28 à Liège.

Nous vous invitons cordialement au vernissage le samedi 06.02.16 à 18:00.


*Avec l'aimable participation de la galerie Nadja Vilenne (BE)
**Avec le soutien de l'Ecole Nationale Supérieure de la Photographie - ENSP, Arles (FR)


We have the regret to inform you the cancellation of "L'enfant de Chinon" by Belgian artist Capitaine Lonchamps. Fourth exhibition of our Seventh Sky cycle.*

Nevertheless, Argentinian artist Pablo Méndez's exhibition within our Young Artist Glassbox is currently running.**

Les Brasseurs' team


The exhibition runs from 10.02.2016 to 26.03.2016 at Les Brasseurs, rue du Pont, 26/28, Liège.
Les Brasseurs are opened from Wednesday to Saturday from to 6pm

*With the friendly participation of Nadja Vilenne art gallery (BE).
**With the support of Ecole Nationale Supérieure de la Photographie - ENSP, Arles (FR)


(...)

CL. Ah oui, et je suis passé de l’autre côté du miroir, ce qui ne rend pas la communication aisée. Parfois on tape sur la vitre en gesticulant vers ceux qui sont de l’autre côté. Cette prise de conscience de mes facultés médiumniques s’est passée, il y a trois ans, dans l’église Saint-Mexme, à Chinon, sur la Loire. Il m’y est arrivé d’amener une « âme » d’enfant dans la lumière, sans savoir que ce que j’étais en train de faire puisse déclencher un tel effet. Tout cela dans le pays de Saint-Martin d’ailleurs. Les images récoltées et enneigées assemblent une sorte de puzzle même.

YF. Je pense au Lord Patchogue du dadaïste Jacques Rigaut. Vous n’avez pas besoin de sauter dans le miroir, vous êtes des deux côtés à la fois. 

CL. Après l’enfance, j’avais perdu cette conscience médium instinctive.  Par chance j’ai croisé le spiritualisme de Conan Doyle sur ma route, son professeur Challenger aux pays des ombres. Le biais de la littérature m’a rassuré quant aux réalités que je vivais. Qu'y a-t-il de plus formidable ? Mais pas d’outils réels, il fallait tout faire soi-même. À Saint-Mexme, j’ai vu cette chose, un ensemble cohérent d’énergies. Je comprends et je vis ce qu’est la seconde vue, cette capacité de décrypter quelque chose qui n’est pas visible toujours mais qui est devant nous, cette mise en marche de la sensibilité. En fait quand j’enneige ce Delvaux face à la Mort, je suis de son côté du miroir, je ne suis pas en compagnie de la mort qui est enneigée en Snowman. Nous, lui et moi, nous sommes de l’autre côté et nous vous laissons votre mort, qui nous regarde encore et feint de vous ignorer.
JMB. Votre dernier solo, à Château-Gontier en compagnie du cerisiste Jacques Halbert avait pour titre « Le Paradis perdure ». En fait, là, de l’autre côté du miroir, vous prenant même pour Orphée revenant des Enfers - peut-être la figure de l’artiste -, vous êtes en plein dedans. Dante non plus n’est pas loin. 

CL. Vous remarquerez que c’est Virgile qui amène Dante aux enfers et dans le purgatoire, mais que c’est Béatrice qui l’amène au paradis. L’amour. Quant à Orphée, j’ai vu celui de Jean Cocteau quand je devais avoir 14 ou 15 ans.

JMB. Oui, bien sûr, le chef d’œuvre absolu. 

CL. Je l’ai pris en plein dans la figure. Avec ma petite caméra, à l’époque, j’essayais de filmer comme Cocteau, la caméra à l’envers, me couchant dans un bois, mes camarades me recouvrant de feuilles mortes. La caméra tournait ; puis nous avons mis le film à l’envers, et c’était comme si toutes les feuilles s’envolaient de mon corps. Cette utilisation d’artifices très simples était extraordinaire. Il s’agit là d’entrer dans la poésie par des mécanismes élémentaires. 

JMB. Et Jean Marais est aussi Fantômas. Et Cocteau regarde le symbolisme de Gustave Moreau quand il imagine les trucages de La Belle et la Bête et se revendique de Méliès quand il s’agit d’aborder la question de l’artifice.

CL. Jean Marais et François Périer dans le rôle d’Heurtebise. Et la mort d’Orphée qui se condamne au pire par amour pour lui ! Je crois comprendre Orphée, lorsque je revois le film, mais la question cinglante de la Mort lancée à Jean Marais par Maria Casares, « Quand cesserez-vous de vouloir tout comprendre ? » nous rappelle à l’ordre. J’aime ces techniques simples et efficaces du cinéma de Cocteau. L’artifice ne trompe pas le spectateur, il est son complice. Quant au texte de Cocteau, il est parfait. Simple et efficace. Combien l’ont pris pour un imbécile ? André Breton, le premier. La lecture du Journal de Cocteau est édifiante quant à la réception de son œuvre. 

JMB. J’entends bien. C’est bien cette idée d’artifice qui m‘intéresse. Le flocon n’a jamais, dans votre œuvre, été atmosphérique. Il est artifice. Sa rareté actuelle me confirme la chose. Le flocon n’est même plus un flocon.

CL. C’est une manifestation. 

YF. Le flocon aurait-il déjà été flocon ? 

CL. Non. Il n’a jamais été matériel. Je ne suis pas un naturaliste. (Rires)

YF. Vous prenez aujourd’hui un plus grand plaisir à peindre, non ? 

CL. Oui cela n’a jamais été aussi grand.
JMB. J’ai pour ma part toujours vu vos Neiges dans une dimension cosmique. C’est presque une équivalence, grand principe pataphysique. 

CL. Oui, et il m’a fallu parfois corriger certaines Neiges pour qu’elles ne deviennent pas ciels étoilés. (Rires)


Extrait d'un entretien entre Capitaine Lonchamps, Jean-Michel Botquin et Yannick Franck, il sera distribué dans sa totalité tout au long de l'exposition.

17.11.2015 - 23.01.2016 MARION TAMPON LAJARRIETTE (FR-CH) - SOLEILS NOIRS

➫ Visite de l'exposition en présence de l'artiste ce samedi 23 janvier dès 14:00 (!! dernier jour)



Nous avons le plaisir de vous présenter l'exposition "Soleils Noirs" de l'artiste franco-suisse Marion Tampon-Lajarriette. Troisème volet de notre cycle d'expositions individuelles Septième Ciel.

Simon Defosse (BE) & Simon Hennaut (BE) occuperont quant à eux la Vitrine Jeune Artiste.


Vernissage le 14.11.15 à 18h

exposition prolongée jusqu'au 23.01.16
Les Brasseurs sont ouverts du mercredi au samedi de 14h à 18h
fermeture du 23.12.15 au 05.01.15 inclus


We gladly invite you to "Soleils Noirs" by French-Swiss artist Marion Tampon-Lajarriette. Third exhibition of our Seventh Sky cycle.


Simon Defosse (BE) & Simon Hennaut (BE) will invest our Young Artist Glassbox.


Opening on 14.11.15, 6pm

The exhibition runs from 18.11.2015 to 19.12.2015
Les Brasseurs are opened from Wednesday to Saturday from to 6pm



Présentation de l'exposition

« La connaissance du réel est une lumière 
qui projette toujours quelque part des ombres. »
Gaston Bachelard, 1938 - La Formation de l’esprit scientifique

Pour son exposition personnelle au Centre d’art Les Brasseurs, Marion Tampon-Lajarriette présentera un ensemble de photographies, collages et vidéos dont les dimensions sonores et installatives se déploieront au sein du bâtiment art déco qui s’étend sur 530 m2 répartis sur deux étages dans le centre ville liégeois.

L’artiste y poursuit un travail mené à partir des collections de différents grands musées. Sculptures antiques et modernes (Monument EnantiomorpheLa Nuit des Tours) sont réinventées par le biais d’un travail sur le cadrage, la mise en scène lumineuse ou les techniques d’imagerie infrarouge; interventions qui activent leurs métamorphoses dans les registres du fantastique et de l’étrange. Ces objets historiques se voient ainsi transfigurés en possibles paysages extra-planétaires où les soleils qui se lèvent, se couchent ou tournent infiniment en un court-circuit cosmique nous renvoient à d’autres systèmes stellaires inconnus (Gorgon GnomonLes Couchants). Les vases funéraires et bustes antiques à l’origine des images de la série photographique Igneous Rocks ou de l’installation vidéo Gorgon Gnomonévoquent pourtant les dieux et déesses gréco-romains Apollon, Vénus, Perséphone ou encore la gorgone Méduse – ces figures mythologiques qui constituent peut-être la part la plus divine et atemporelle de l’Homme de par leur universalité et leur lien intime avec la cosmogonie. Ces différentes propositions dessinent ainsi un lien entre le mystère d’un ici soumis aux aléas du temps et de la mémoire et d’un ailleurs éloigné par l’espace autant que par le temps à une échelle cosmique.

L’exposition se construira donc dans son entièreté en suivant le fil rouge des trajectoires du cosmique et de l’historique, mais en poursuivant aussi celui des illusions optiques et intellectuelles. Un travail sur la géométrie se retrouvera en effet dans diverses réalisations, que ce soit dans la mise en scène de l’installation vidéo Gorgon Gnomon, dans la série d’animations vidéo Les Harmonistes basée sur les cinq solides de Platon, ou encore dans les séries de collages Alogon. Usant des formes géométriques dites « impossibles » découpées dans le cadre imposé des pleines pages de vieux livres d’astronomie, ces collages semblent faire émerger des volumes qui ne pourraient pourtant exister dans notre espace tridimensionnel. L’artiste questionne par ces moyens notre tendance à nous projeter dans des images et des savoirs, avec les possibilités et les limites de notre perspective proprement humaine. C’est aussi ce qu’évoquent ses nouvelles réalisations utilisant différents aspects de la stéréoscopie ou de vrais-faux diptyques. Soulignée par la présence récurrente de jeux d’ombres et de lumière dans un grand nombre d’œuvres présentées, la question du double s’ouvre aux multiples facettes de l’écho, de l’ombre ou de la copie, insistant sur l'insaisissable nature de l’objet perçu ou étudié.

- Retrouvez et partagez l’événement sur facebook -
- Join and share the event on facebook -


31.10.15: INTERSOUND FESTIVAL!


***entrée gratuite!***free admission!*** 

(english below)


Créée en 2014 par le NAK (Aachen, DE), l’ikob (Eupen, BE) et Les Brasseurs (Liège, BE), à l’initiative des curateurs Ben Kaufmann, Maïté Vissault et Yannick Franck, interSOUND est une structure destinée à promouvoir la rencontre sensible entre le monde du son et celui de l’art contemporain ainsi que sa diffusion dans les musées, centres d’art et galeries. Il fait ainsi dialoguer des artistes sonores qui interviennent dans le champ visuel et des artistes plasticiens qui interviennent dans le champ du sonore, favorisant de cette manière la mise en réseau d’institutions, d’artistes et curateurs internationaux actifs dans ces domaines. Tout comme les expériences inédites qu’il provoque, le programme d’interSOUND se déploie dans différents formats pouvant mêler performances, expositions, conférences, etc.
Loin d’être exhaustif, ce premier festival propose en l’espace d’une journée de faire intervenir des créateurs et acteurs culturels représentatifs dediverses tendances actuelles concernés par la création sonore contemporaine et son extension au delà des cadres conventionnels.

EN
Created in 2014 by NAK (Aachen, DE), IKOB (Eupen, BE) and Les Brasseurs (Liège, BE) at the initiative of curators Ben Kaufmann, Maïté Vissault and Yannick Franck, interSOUND is a structure dedicated to the promotion of sound in the contemporary art context and its diffusion in museums, art centers and ga leries. It creates a dialogue between visual artists working with sound and sound artists working in the visual realm and works for the development of an international network between artists, curators and institutions active in this field and beyond its traditional delimitations. Interdisciplinary by essence, interSOUND proposes events such as performances, exhibitions, lectures…
Far from being exhaustive, this first one evening festival wi present artists and cultural entrepreneurs that are representative of different tendances within contemporary sound creation and its extension through non-conventional contexts.


avec / with:

➡ HANS BOCXSTAEL (NETWERK, Alost, BE) 19:30 - 20:30
Conférence / Lecture

"Aussitôt que j'entend un son, il influence mon humeur"
Brian Eno

Hans Bocxstael fait partie de l'équipe de programateurs de Netwerk - centre d'art contemporain. Il se concentre principalement sur le son, la musique et le cinéma.
Il programme des concerts et événements aventureux et est curateur d'une exposition biennale dédiée au son depuis 2010.
Aux Brasseurs, il nous prêtera ses oreilles, l'air de rien...

"As soon as I hear a sound, it always suggests a mood to me” – Brian Eno

Hans Bocxstael is part of the artistic team in Netwerk, center for contemporary art, with a main focus on sound, music and film.
Next to promoting adventurous concerts & events, he curates a biennial exhibition on sound since 2010.
In Les Brasseurs he will lend you his ears. Starting from scratch.



➡ THORSTEN STREICHARDT (DE) 19:30 - 00:00
Performance sonore / Sound performance

"Le crayon bruisse sur le papier. Est-ce que le dessinateur a perdu de vue son intention ? Est-ce qu'il tourne en rond ? Il écoute les sons d'ambiance qui interfèrent dans le tête à tête entre le papier et le crayon. Le va-et-vient de la mer, les bribes de mots, une rue, des bruits de bottes, des cris, un rire – quelque chose le tire. Lentement, se font jour les circonstances dans lesquelles il se trouve."

"The pencil rushes over the paper. Did the drawer lose his intention ? Does he circle around himself ? But he listens to the ambience that interferes in the tête à tête of pencil and paper. The breaking waves, snippets of words, a street, sabre-rattling, cries, laughter – something takes him away. Slowly it shows up, in which circumstances he finds himself."


➡ SÉBASTIEN DEMEFFE presents VUELTA (BE) 21:00 - 21:45
Performance sonore / Sound performance

VUELTA est un hydre magnétique à nombreuses têtes, un sampleur archaïque fait de cassettes audio bricolées. À partir d’une collection d’enregistrements glanés de ci de là, il sillonne des thèmes et atmosphères variés, des plus musicaux et cinématographiques aux plus bruitistes.

Au fil de ses pérégrinations, Sébastien Demeffe compose des morceaux "thématiques"... Il s'est dernièrement concentré sur celui du moteur à explosion. Les ronrons crachotants des mécaniques s'y trouvent manipulés en direct, entrecoupés de documents sonores issus d’une époque révolue. Cette pièce sera suivie en contrepoint d'une chanson d'amour, sorte de bestiaire sonore sur un rythme endiablé.

VUELTA is a magnetic hydra, an archaïc sampler made of tinkered audio tapes. Using a collection of field recordings and old documents, he explores several thematics and atmospheres, from the most musical and narrative to the most radical, noisy ones.

Along his many wanderings, Sébastien Demeffe proposes thematic "songs"... He lately focused on combustion engines. Purring and spluttering mechanical noises find themselves processed in real time, interrupted by several testimonies of a bygone era. As a counterpoint, this piece will be followed by a love song, an insanely rythmed sonic bestiary!



➡ JASON VAN GULICK (FR-BE) 22:00 - 23:00
Concert

Jason Van Gulick propose, depuis plusieurs années, des projets sonores singuliers en solo, dans et en lien avec différents espaces. À travers l’expérimentation sonore et l’improvisation, il explore les capacités des percussions et leurs facultés de propagation dans l’espace. Il utilise ainsi la réverbération naturelle du son pour que les lieux eux-mêmes deviennent une composante sonore et musicale.

Pour cette soirée aux Brasseurs il proposera une nouvelle orientation de ses recherches. Un set de percussions minimaliste et fragmenté dont chaque élément sera exploité au maximum de ses caractéristiques sonores.

For many years now, Jason Van Gulick works on singular solo projects that relate to architectural spaces. Through sound experimentation and improvisation, he explores the possibilities of percussions and their behaviour while propagating in space. He uses natural reverberation in order to use the spaces as a fully integrated part of the performative musical process.

For this evening at Les Brasseurs he will give us to hear a new direction his work has taken. A minimalist percussion set will be used to the maximum of its acoustic caracteristics.


01 - 31.10.2015 RECIPROCITY: FREDERIC RICHARD (BE)



Dans le cadre de RECIPROCITY design Liège 2015, Les Brasseurs sont heureux d'accueillir l’exposition La belle place du designer belge Frédéric Richard.

Une initiative de La Province de Liège.

Du 01.10.2015 au 31.10.2015


On the occasion of RECIPROCITY design Liège 2015, Les Brasseurs are happy to invite you to the exhibition La belle place by Belgian designer Frédéric Richard.

An initiative of La Province de Liège.

From 01.10.2015 to 31.10.2015

12.09.15 THEO HAKOLA (US-FR) concert





























Cet américain établi en France depuis les années 80 a plus d’une corde à son arc: écrivain, artiste et musicien, il a été le leader et chanteur des groupes Orchestre Rouge et Passion Fodder. Il a produit le premier album de Noir Désir avant de se lancer dans sa carrière solo. Un artiste à ne manquer sous aucun prétexte.

This American based in France since the 80’s has more than one string to his bow: writer, artist and musician, he was the lead singer of bands Passion Fodder and Orchestre Rouge, he also produced Noir Desir’s first album before starting his solo career. Definitely not to be missed!

Dans le cadre du CU festival

Tickets : 5€ sur place
GRATUIT avec la carte de membre des brasseurs
15 € en prévente pour tout le festival
Ouverture des portes à 20:00
Info & tickets : 
cufestival.be


petite restauration sur place

- Retrouvez et partagez l’événement sur facebook -
- Join and share the event on facebook -

23.06.15 - 27.06.15 Atelier IMAGE DANS LE MILIEU





































FR


Les Brasseurs et l’École Supérieure des Arts de la Ville de Liège sont heureux de vous convier à l’exposition de réalisations d’étudiants de 2ème Master en Gravure, Peinture et Scénographie ayant participé à l’atelier Image dans le Milieu cette année.
 
La mise en espace de leurs travaux est présentée en partenariat avec l’ESAVL dans le cadre de ses Portes Ouvertes les 19 et 20 juin, et sera accessible du 23 au 27 juin, sous le patronage de Pierre Stassart, échevin de l’instruction publique de la Ville de Liège.

avec:


Anne-Catherine Dor
Marie Geubelle
Thomas Loyatho
Sarah Pichon
Andrea Radermacher

L’artiste néerlandais Martijn Riksen occupera quant à lui la Vitrine Jeune Artiste avec une installation visible jour & nuit du 19 juin au 15 août.
 
Nous vous invitons cordialement au vernissage le vendredi 19.06.15 à 18:00.
Une performance de Martijn Riksen vous sera présentée à 20:00.

 

EN

Les Brasseurs and the École Supérieure des Arts de la Ville de Liège are pleased to invite you to the exhibition of the 2nd Master degree students from the Etching, Painting and Scenography sections who took part at the art class Image In Context - Image dans le Milieu this year.

The installation of their works is presented in partnership with the ESAVL as part of its open doors days on the 19th and 20th of June and will be visible from the 23rd to the 27th under the patronage of Pierre Stassart, échevin de l’instruction publique de la Ville de Liege.

with:

Anne-Catherine Dor
Marie Geubelle
Thomas Loyatho
Sarah Pichon
Andrea Radermacher

In the meanwhile, Dutch artist Martijn Riksen will occupy the Young Artist glassbox, visible night & day from the 19th of to the 15th of August.

We gladly invite you to the opening on Friday the 19th of June at 6pm.
Martijn Riksen will give a performance at 8pm.

07.04.15 - 16.05.15 HANS BECKERS (BE) - RUMORI


HANS BECKERS (BE) - RUMORI

Deuxième exposition du cycle Septième Ciel

Second exhibition of the Septième Ciel cycle


FR


"Où que nous soyons, ce que nous entendons est majoritairement du bruit. Quand nous tentons de l'ignorer, cela nous dérange. 
Si nous l'écoutons, cela nous fascine." John Cage

Hans Beckers crée des installations sonores, il est aussi dessinateur, graveur, photographe, vidéaste et musicien. 
Il est à la recherche d’un dialogue juste entre les arts plastiques et la musique au sein d’une oeuvre protéiforme qui donne la part belle à l’expérimentation et à la célébration de la nature.

Son exposition Rumori le verra se déployer dans toute sa diversité, sa singularité et sa pertinence. L'oeuvre de Hans est en effet emprunte d’une grande poésie. Les éléments du monde s’offrent à l’acuité de son regard, à la candeur de son écoute.
Il n’existe pas chez Hans Beckers de hiérarchie entre les médiums, pas plus qu’entre l’organique et le mécanique, qui dialoguent harmonieusement au sein du creuset où se fait son alliage. L’univers subtil de l’artiste sonore se déploie en monumentalité sculpturale là où la sensibilité du poète se révèle dans ses eaux-fortes, exécutées lors de sessions d’écoute des sons qui l’entourent, les traduisant dans un langage plastique chargé d’une profonde concentration. 
Hans est attentif et respectueux du moindre bruit, du craquement de la moindre brindille. Amoureux de ces présences inertes auxquelles il redonne vie dans un hommage humble et solennel à l’existence terrestre.

EN


"Wherever we are, what we hear is mostly noise.
When we ignore it, it disturbs us. 
When we listen to it, we find it fascinating." John Cage

Hans Beckers creates sound installations, drawings and print works, he’s also a photographer, a video artist and a musician.He is investigating on a possible balance between visual arts and music within an extremely diverse though consistent body of work.Rumori is emblematic of the great diversity, the singularity and the pertinence of his deep poetic creations. The elements offer themselves to the precision of his eyes, to the sensibility of his ears within a consistent world where hierarchy between medias, organic and mechanic realms isn’t relevant anymore. They dialog harmoniously within the alchemical recipient where the mixture comes to life. The subtle universe of the sound artist bursts into sculptural monumentality whereas the poet’s sensibility reveals itself within its etchings. Created during intense listening sessions of the environing sounds and translated into a graphic medium, these etchings convey Hans’ profound concentration. Aware and respectful of every single noise, any single twig crackle.In love with those inert entities, the artist brings them back to life through a humble and solemn homage to terrestrial existence.


Vitrine Jeune Artiste: GÉRALDINE PY (FR) & ROBERTO VERDE (IT)vernissage: 04.04.15 - 18:00
opening: 04.04.15 - 6pm

!! rencontre avec Hans Beckers le 18.04 à 17:00 au Point Culture de Liège suivie de sa performance "Sonare Machina" aux Brasseurs à 20:00


En coproduction avec INTER-sound et le Point Culture de Liège



Souper de clôture le samedi 16 mai à 19:00


- Retrouvez et partagez l’événement sur facebook -
- Join and share the event on facebook -